« Je suis venu apporter un feu,


apporter la division. »


"Ces paroles de Jésus sont dures à entendre dans le contexte que nous connaissons aujourd’hui. Nous avons besoin d’union, de fraternité, et non de division. Que penser alors ? Dieu merci, nous avons l’exégèse et la Tradition pour mieux comprendre les paroles du Maître, leur contexte et leur interprétation.

Nous le voyons, hélas, avec les incendies : pour peu que le vent souffle, le feu se répand très vite. Jésus apporte le feu de l’Esprit Saint, le souffle de la Pentecôte. Pour les juifs, il est le feu destructeur qui fragilise leurs certitudes religieuses ; pour les premiers chrétiens, il est le feu purificateur qui fertilise et fortifie les semences de la foi nouvelle en Jésus-Christ.

Mais Jésus annonce aussi les conséquences parfois douloureuses quant à l’exigence de la Vérité. Lors de son retour à Nazareth, dans « sa » synagogue, Jésus est incompris et Luc précise : à ces mots, dans la synagogue, tous devinrent furieux. Ils se levèrent, poussèrent Jésus hors de la ville, et le menèrent jusqu’à un escarpement de la colline où leur ville est construite, pour le précipiter en bas. (Cf. Lc 4, 14-30).

Aujourd’hui, une tolérance mal comprise fait croire que tout se vaut. Quand tout se vaut, il n’y a plus à s’opposer aux autres, encore moins de risque de division. Mais est-ce cette paix (absence molle de conflit) que Jésus veut pour notre monde ? Je ne crois pas. La véritable paix, celle du Ressuscité – La Paix soit avec vous – viendra comme fruit de notre propre conversion. Conversion à l’amour charité, où nous tiendrons en même temps l’exigence de la Vérité révélée en Jésus Christ, et l’exigence du respect du prochain. Je peux m’opposer à quelqu’un, au risque d’une division, tout en le respectant infiniment, au nom de l’amour. La Vérité est à ce prix. Y conformer sa vie aussi."


P. Edouard Leger +